Art of Fighters : entre art et violence

Art of Fighters est l’un des plus célèbres duos Hardcore aujourd’hui.

A quelques jours de jouer à Born To Rave à Marseille, Passion BPM a pu leur poser quelques questions. Leur sentiment à l’idée de jouer à Marseille, le choix de leur nom ou encore l’histoire autour de New Today, Art of Fighters nous disent tout !

[ENGLISH TRANSLATION BELOW]

Passion BPM : Salut, comment allez-vous ? Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?

Art of Fighters : Ciao, nous sommes les Art of Fighters et nous sommes un groupe DJ/producteur de Hardcore. Nous avons commencé à sortir des sons en 1999 et nous passons toujours le plus gros de notre temps en studio. Nous essayons de mélanger dans notre musique toutes nos passions, toutes les expériences que nous avons eues en voyageant à travers le monde en reflétant nos sentiments les plus profonds. Nous essayons finalement de rendre notre musique la plus personnelle et authentique possible. 

Passion BPM :  Pour commencer, c’est une question que je me suis toujours posée. Pourquoi avoir choisi le nom « Art of Fighters ? Quelle est l’histoire derrière ce choix ?

AoF : Le premier nom qu’on avait choisi et sans aucune véritable raison était « Armageddon ». Mais ce nom était déjà pris à l’époque. Le premier logo que nous avions conçu pour notre projet avait un simple A à l’intérieur d’un triangle. Nous aimions beaucoup ce logo et nous voulions vraiment le garder. Nous sommes donc partis sur un choix de nom différent, mais qui commençait toujours par la lettre A. Le second choix était ensuite « Art of Warriors », mais ce nom était assez similaire à la soirée  « Hardcore Warriors”, un event qui avait lieu au Number One, le club dans lequel nous avons grandi. Nous avons donc jeté l’idée mais nous trouvions que « Art of » sonnait bien, nous avons tout simplement ensuite cherché sur Google des synonymes de « Warriors ». Art of Fighters était né. 🙂

Passion BPM : Notre site s’appelle Passion BPM ! Notre question incontournable : à combien de BPM votre cœur bat ? Quels sont vos genres de musiques favoris ? Pourquoi avoir choisi le Hardcore pour vous exprimer à travers la musique ?

AoF : Nos premières expériences musicales avec le Hardcore étaient avec le Speedcore, la Terror et l’Industrial. Le premier vinyle que nous avons acheté était celui de The Destroyer – “Total Hate » un chef d’œuvre à 300 BPM. Puis nous avons kiffé des artistes comme PCP, Dr Macabre et Miro qui ne dépassaient pas les 140/150 BPMs, en mode doomcore. Nous aimons la musique globalement, et pour nous, les BPM ne sont qu’un élément parmi tant d’autres outils à la disposition d’un musicien. S’en tenir à un tempo spécifique juste pour le plaisir du genre est un peu réducteur. La beauté du Hardcore est qu’il peut aller des tempos les plus lents aux plus extrêmes (certains genres dépassant parfois les 9000) et contenir des références à tous les genres possibles, du cinéma au hip hop, de la techno au rock…

Passion BPM : Quels artistes sont vos plus grandes sources d’inspirations ?

AoF : Nous en avons finalement beaucoup. Grâce à Internet, nous sommes désormais entourés de bonne musique, et il ne se passe pas un jour sans que nous découvrions un nouveau talent. Une grande partie de notre inspiration vient de musiciens géniaux comme Noisia, Aphex Twin ou encore Hans Zimmer, pour n’en citer que quelques-uns.

 Passion BPM : Vous allez jouer à la soirée Born To Rave à Marseille dans quelques jours ! Que pouvons-nous attendre de votre part pour cet événement ? Jouerez-vous de nouveaux morceaux ? Êtes-vous déjà venu en France et plus particulièrement à Marseille ? Que pensez-vous du public Hardmusic français ?

Aof : Je m’attends à une vibe géniale et à beaucoup d’énergie comme le public français m’y a habitué ! Ce que j’ai aimé dans les dernières Born To Rave auxquelles j’ai participé, c’est la diversité de la lineup et l’ouverture d’esprit des festivaliers qui ont dansé toute la nuit, quel que soit le genre, le tempo ou l’artiste. Du pur plaisir, j’adore ça !

Passion BPM : Vous avez sorti le morceau « A New Today » en 2010 en collab avec Endymion. C’est certainement l’un des morceaux Harcdore le plus connus en grande partie grâce à sa mélodie très catchy et les vocales superbes de Lilly Jullian. Comment expliquez-vous le succès de ce morceau ? Comment avez-vous travaillé avec Endymion ? La vidéo peut s’apparenter à un clip de Rap/RNB un peu random avec beaucoup de filles, d’alcool et de voitures de luxe. Il a reçu beaucoup de critiques lorsqu’il a été publié sur Youtube. Que pensez-vous de cela ? Vous êtes-vous bien amusés en tournant le clip ?!

AoF : Je pense que le morceau a eu du succès car il était le reflet de nous autres passant un bon moment en toute spontanéité. Je me rappelle avoir fini la mélodie que nous avions choisie pendant le voyage en train qui allait de l’aéroport au studio de Endymion. Une fois là-bas, ils ont ajusté les chœurs et l’harmonie globale du morceau puis nous avons presque immédiatement finalisé l’arrangement. Par chance, nous avions rencontré Lily quelques mois avant, nous l’avons appelée dans la foulée puis elle est venue directement avec les paroles. Nous avons enregistré Lily au studio de Endymion puis nous avons pu conclure le morceau. C’était vraiment un processus simple, tout s’est fait rapidement, tout le monde était synchro et on a tout déchiré !

Le travail autour de “A New Today” était clairement un grand moment dans notre vie ! Je pense que cela se reflète dans le morceau lui-même, qui vous donne envie de faire et de changer les choses. Mais il est vrai que le morceau était controversé au moment où nous l’avons sorti. Beaucoup n’ont simplement pas aimé, d’autres ont adoré et d’autres ont dit que c’était honteux. Le clip qui a accompagné le morceau a également été très controversé. C’était l’une de nos premières tentatives de réalisation vidéo et nous avons essayé de faire quelque chose à la fois absurde, drôle et facile. Nous nous sommes amusés à la faire, mais en y repensant, je serai heureux de le voir disparaître pour être honnête. 😀

Passion BPM : Votre anthem « Nirvana of Noise » pour Dominator 2011 a marqué l’histoire de ce festival. Personnellement, je l’adore ! Quels souvenirs vous viennent à l’esprit lorsque vous pensez à Dominator ? Comment travaillez-vous sur les anthems par rapport aux autres morceaux ?

AoF : Dominator fait remonter de bons souvenirs, j’ai passé beaucoup de bons moments avec mes amis autour des tentes et des scènes de cet événement ! Faire un anthem nécessite une approche différente que lorsque nous réalisons un morceau pour soi-même. Tu dois coller à la vision de l’organisateur, ta musique doit correspondre au concept et au style de l’événement, c’est un peu comme faire une bande originale. Le public doit ressentir une connexion, de sorte qu’à chaque fois qu’il écoutera ce morceau, son esprit sera projeté dans le festival. C’est comme cela que je vois les choses.

Passion BPM : Vous êtes sur la scène Hardcore depuis longtemps maintenant. Si on cherche « Art Of Fighters » sur Youtube, vos titres les plus connus pourraient être « A New Today », « Fuck You » ou « Words Of War ». Ces morceaux sont axés sur les mélodies ou sur un tempo peu rapide. La scène Hard est en recherche de BPM de plus en plus rapides ces dernières années avec la montée en puissance de l’Uptempo, du Frenchcore et aussi du Raw du côté du Hardstyle. Que pensez-vous de cette évolution ? Avez-vous pu vous adapter à ces nouvelles tendances avec cette recherche de plus de violence, moins de mélodies et de BPM plus rapides ?

AoF : Comme vous l’avez dit, nous sommes ici depuis un certain temps maintenant ! Pour nous, la musique est comme une vague. Dans notre cas, ce n’est pas la première fois qu’elle va de plus en plus vite, pour ensuite ralentir à nouveau. Nous aimons les deux façons de faire. Notre premier CD démo était composé de deux morceaux à 150 BPM et le reste allait de 240 jusqu’à 500 BPM ! Nous avons sorti des morceaux que nous aimons beaucoup à 200 BPM et d’autres en dessous de 170 BPM que nous aimons tout autant. Quand nous jouons, nous essayons de couvrir tout le spectre du Hardcore.

Passion BPM : Il y a un an, vous avez sorti le projet NMK2 avec Tommyknocker et Unexist. Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste exactement votre projet ?

AoF : Nous avons pensé NMK2 comme une réalité alternative, où la musique et l’art en sont au cœur. Nous voulons créer un espace d’expression pour tous les talents qui ne rentrent pas dans les tendances ou le système actuel. Nous voulons partager nos connaissances avec eux pour les aider à développer leur esprit artistique plutôt que leur image.

Passion BPM : Quels sont vos projets pour 2022 ? Des collabs ? Peut-être un album ?

AoF : Nous allons continuer à travailler dur en studio, à expérimenter de nouveaux sons, à apprendre et à essayer d’améliorer nos compétences. Puis le reste du temps, nous travaillerons sur le projet NMK2, pour concrétiser notre vision.

Passion BPM : Merci pour votre temps et on se retrouve à Born To Rave à Marseille !

Suivez Art of Fighters :

Facebook
Instagram
Spotify

Suivez Passion BPM :

Facebook
Instagram

ENGLISH TRANSLATION :

Art of Fighters is one of the biggest duos in Hardcore today.

A few days before playing Born To Rave in Marseille, Passion BPM asked them some questions. Their feelings about playing in Marseille, the choice of the duo’s name or the story behind New Today, Art of Fighters tell us everything !

Passion BPM : Hello, how are you ? Can you introduce you quickly to our readers (name, age, hobbies, passions, whatever you want to say to introduce you :P)

Art of Fighters : Ciao, we are Art of Fighters and we are a group of Hardcore producers and djs. We begun releasing music in 1999 and we are still busy in the studio. We try to blend in our art all of our passions, the experiences we had traveling the world and our inner feelings, trying to keep our music as personal and truthful as possible.

Passion BPM : To start, that is a question I always tried to answer myself. Why have you chosen the alias name “Art Of Fighters” ? What is the story behind this choice ?

AoF :

The first name we chose, without any valuable reason was «Armageddon », but it was already taken at that time. Fact is that the first logo was already designed, a simple A inside a triangle. As simple at it was we felt in love with that, and we wanted to keep it, so the obvious choice was to choose a different alias, starting with a capital A. 

Second option was « Art of Warriors », but it was sounding too similar to « Hardcore Warriors », a popular Hardcore event held in the club where we grew up, Number One. We trashed this one too, but we found that « Art of » was a powerful one, so we googled for synonyms of « Warriors ».  « Art of Fighters » was born 🙂

Passion BPM : Our website is called Passion BPM ! So let’s start by our usual question, how many BPM’s is your heart beating ? What are your favorite music genres (within Hardmusic or outside) ? Why have you chosen Hardcore music to express yourself through music ?

AoF : Our first listening experiences with Hardcore were about Speedcore, Terror and Industrial, the first vinyl we ever bought was « The Destroyer – Total Hate », a magnific 300BPM piece of Art. Then we felt in love with PCP, Dr Macabre and Miro, all the way down to 140/150BPM, awesome doomcore. We love music in general, and the BPMs are just another tool in the arsenal of a musician. Sticking to a specific tempo just for the sake of the genre is a bit reductive, the beauty of Hardcore is that it can range from the slowest tempos to the extremes (some genres are over 9000) and contain reference to every genre possible, from cinematic to hip hop, from techno to rock. 

Passion BPM : Which artists are your biggest sources of inspiration ?

AoF : A lot actually. Thanks to Internet we are now surrounded by good music, and not a single day passes without finding out a great new talent. Anyway a lot of inspiration comes by awesome musicians like Noisia, Aphex Twin, Hans Zimmer, just to name a few.

Passion BPM : You will play at Born To Rave Marseille in a few days ! What can we expect from you for this event ? Will you play some new tracks ? Have you ever been in France and particularly in Marseille ? What do you think about French Hardfamily ?

AoF : I expect an awesome vibe and a lot of energy like the French public made me used to ! What I loved about the past Born To Rave I’ve played to is the diversity of the lineup and the way the people was so open minded that they just danced all night, regardless of the genre, tempo or performer. Pure fun and I love it ! 

Passion BPM : You released the track “A New Today” in 2010 in collaboration with Endymion. It is certainly one of the most famous Hardcore track especially because of the catchy melody and the vocals by Lilly Julian. How do you explain the success of this track ? How have you worked with your buddies Endymion ? Nevertheless, the clip looks like a random Rap/RNB clip with a lot of girls, alcohol and expensive cars. It received a lot of criticism when it was published on Youtube. What do you think about that ? Did you have some fun when you filmed the clip ?!

AoF : I think it’s because the track was actually us living that moment. 

I remembered finishing the melody we chose during the train trip from the airport to Endymion’s studio, once there they fixed the choirs and harmony and we almost immediatly finalized the arrangment. Luckly they met Lilly just few months before, we called her and right up she came up with the lyrics. 

We recorded Lilly at Endymion’s studio and closed the track. It was really a straight-forward process, everybody was in sync and we kicked ass. 

Great life moment, and that I guess reflected in the track itself, makes you want to do and change things.
But it was controversial at the time we released it. 

Lot of the public simply disliked it, some others loved it, some others called it a disgrace. The video was controversial too, it was one of our first attempts at videomaking and we tried to make something absurd, funny and easy. We had a good time doing it, but looking back at it mmmeeeh, I will be happy to see it gone to be honest 😀

Passion BPM : Your Dominator 2011 anthem “Nirvana Of Noise” has marked the history of this incredible event. I personally love it ! Which memories come to your mind when you think about Dominator ? How do you work on anthems in comparison with other tracks ?

AoF : Dominator brings up good feelings, had a lot of good moments with friends around the tents and stages of that event ! Making an anthem is a different work from making a track for yourself : you need to stick to the promoter vision, your music should match the concept and style of the event, kinda like making a soundtrack. And the public should get that connection, so every time they’ll listen to that track their mind will be projected into the party. That’s the way.

Passion BPM : You have been on the Hardcore scene for a long time now. If we search for “Art Of Fighters” on Youtube, your most famous tracks could be “A New Today”, “Fuck You” or “Words Of War”. These tracks are focused on melodies or on a not too fast tempo. The Hardmusic scene has been faster and faster these last few years with the surge of Uptempo, Frenchcore and also Raw on the Hardstyle side. What do you think about this evolution ? Have you been able to adapt to these new trends and the search for more violence, less melody and faster BPMs ?

AoF : As you said we’ve been here for quite some time now, and I can tell that music goes like a wave. In our case it’s not the first time it went faster and faster, for then slowing down again. We like it both ways, our first demo cd was composed by two tracks at 150BPM and the rest at 240 till 500BPM. We have released songs we love at 200BPM exactly as some others below 170BPM, and when we play we try to cover up all the possible variations.

Passion BPM : One year ago, you released the NMK2 project with Tommyknocker and Unexist. Could you explain to us exactly what your project consists of ?

AoF : We thought as NMK2 as an alternative reality, where music and art matters. We want to create a place for all the misfits that don’t fit in the actual trend or system and we want to share our knowledge with them, to help them developing their art instead of their image.

Passion BPM : What are your projects for 2022 ? Some collabs ? Maybe an album ?

AoF : We’ll keep working in studio, experimenting with new sounds, learning  and trying to improve our skills. And the rest of the time working on the NMK2 platforms, making a vision come true. 

Thank you very much for your time and see you at Born To Rave !

Follow Art of Fighters :
Facebook
Instagram
Spotify

Follow Passion BPM :
Facebook
Instagram

Une réflexion sur “Art of Fighters : entre art et violence

  1. Pingback: Lady Dammage : reine de l’uptempo | Passion BPM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s