Dream Nation 2021 : un premier décollage au Bourget réussi !

Malgré une période incertaine du côté des festivals en Europe et notamment aux Pays-Bas, la France a su proposer de gros événements tout au long de l’été.

Comme souvent, le festival Dream Nation qui a eu lieu les 17 et 18 septembre derniers clôturait l’été en beauté, cette année en plus en Open Air !

Nous étions présents la soirée du vendredi pour profiter de la scène Hardmusic et voici ce qu’on a retenu de notre côté, en espérant que notre récap vous motive à (re)venir l’an prochain.

Welcome to Q-Base… Bienvenue au Bourget ! 

Pour sa mouture 2021, Dream Nation a opté pour un nouveau lieu et petite nouveauté, nous étions 100% en extérieur !

Cette huitième édition s’est tenue au parc des expositions de Paris-Bourget, juste à côté du célèbre aéroport du Bourget où nous pouvions apercevoir des avions atterrir ou décoller. Nous étions surtout juste à côté du musée de l’aviation et de l’aérospatial avec une magnifique vue sur les maquettes de deux fusées Ariane.

L’ambiance faisait un peu penser au festival Q-Base qui se déroulait en Allemagne également juste à côté d’un aéroport et de nuit.

Pour les plus téméraires d’entre nous, il y avait même un manège à sensations fortes à disposition pour nous faire décoller de notre siège !

Au niveau de l’organisation, comme depuis deux ans, l’embarquement se fait de façon plutôt efficace avec un passage rapide au scan des billets puis la fouille couplée avec la présentation du passeport sanitaire, obligatoire pour accéder à l’événement. 

Le système de paiement cashless était de mise comme c’est désormais quasiment la norme dans les gros festivals français. Ce système n’a plus besoin de faire ses preuves et permet de payer très rapidement sa boisson ou sa nourriture.

Niveau nourriture, nous avions le choix de plusieurs food trucks dont un stand proposant des burgers (avec une formule végétarienne) et des poutines mais également un camion à pizzas, un stand libanais ou encore un stand de churros et de gaufres. Au niveau des boissons, nous étions sur du classique avec parfois des files d’attente un peu longues.

Avec le passage en version outdoor, exit les vestiaires et bonjour les casiers/lockers “à la néerlandaise” pour pouvoir poser ses bagages. Il fallait compter 8€ pour un grand casier et 6€ pour un petit. Il était possible d’accéder à son casier toute la soirée, ce qui permet de vivre le festival sereinement. C’est une initiative à souligner car ce n’est pas forcément courant en France de voir un tel système.

Des scènes planantes : Vive le LED ! 

Comme pour ses dernières éditions, Dream Nation a reconduit des scènes en full LED. Et c’est un pari réussi car les VJ ont su nous faire voyager avec de superbes animations ! 

Le show light était globalement réussi sur chaque scène avec une préférence pour la 3ème qui nous a clairement bluffé malgré sa taille réduite. Située en retrait des deux scènes principales et plus expérimentale, il était bon d’y faire une petite escale pour se laisser surprendre par le son et le show.

Fait assez rare, les deux mainstages, Techno et Hardmusic, se trouvaient côte à côte ! C’était parfait pour ceux qui, comme nous, souhaitent faire la navette entre les deux scènes. On pouvait par contre craindre une mauvaise isolation sonore et ce fut le cas à quelques reprises, les basses de la scène Hard interférant parfois sur la scène Techno. Mais le rendu final restait correct.

Des sets mouvementés

Nous avons atterri vers 20h30 au plein milieu du set d’Insuspect qui a brillamment remporté le DJ contest. On note un beau démarrage de sa part en passant du Hardstyle Mélodique au Raw et au Hardcore, histoire de préparer le terrain et échauffer toutes les sensibilités d’un public déjà présent en nombre dès le décollage !

Puis vient le B2B entre Vortek’s et Venom. Set particulier de par leur style mi Raw-mi Tribe qui peut ne pas plaire à tous, malgré quand même une bonne réponse de l’audience. Le petit finish en mode Terror faisait plaisir.

On rentre ensuite dans le vif du sujet avec la venue d’Act of Rage ! Comme d’habitude, il a mis tout le monde d’accord en jouant un set énergique à souhait. On retiendra sa prochaine track, Road Rage, en collaboration avec Nolz qui sort bientôt et qui a su électriser la foule ! Pour plus de détails sur son set, rendez-vous dans quelques jours sur notre site pour notre interview tournée quelques minutes seulement après sa performance !

C’est ensuite au tour de Warface de prendre les commandes. Il a littéralement retourné Dream Nation ! Nous avons particulièrement retenu sa track Switchblades en collab avec Rebelion ou encore Bloody Valentine, une reprise d’une track de Machin Gun Kelly. Il finira avec sa dernière track We Always Rise qui est une collab détonante avec Dither et Deadly Guns ! 

On enchaîne sur Rooler avec ce qui est certainement notre set préféré sur la scène Hardmusic. L’italien, qui avait arboré son plus joli bob, n’a pas eu froid aux yeux en remixant des classiques du Hardstyle le tout agrémenté comme toujours de superbes transitions entre chaque track. On a beaucoup aimé Full Tank (L4mbo 2.0) de Sickmode ou encore sa dernière track “Hammertime” en collaboration avec Villain et réalisée pour le film “The Power Hour : The Movie”. Une pluie de kickrolls s’est abattue sur nous, il valait mieux avoir bien bouclé sa ceinture !

Après une petite pause, on s’attarde un peu sur le set de AniMe b2b Mad Dog pour un set très dynamique rempli d’edits et de mash-ups bien sentis correspondant bien à ce qu’AniMe nous teasait au cours de notre interview, juste avant sa venue.

Une fois n’est pas coutume, on continue sur la Techno stage en assistant un long moment au show de Jacidorex. Il a clairement fait un sans faute avec un set mélangeant habilement de la Techno très incisive, des sonorités Acid et, plus surprenant, un long passage en mode early Hardstyle qui a su ravir les passionnés de Hardstyle de la première heure, ce fut un pur bonheur ! C’était d’ailleurs l’occasion de vérifier une nouvelle fois la proximité des sonorités de la Techno d’aujourd’hui avec le Hardstyle d’autrefois comme l’avait remarqué Technoboy sur un de ses posts récents.

On retourne ensuite sur la Hardstage avec un Le Bask en très grande forme qui a délivré un set axé bien sûr Frenchcore/Uptempo mais avec quelques edits surprenants comme par exemple un passage en mode… Hardbass russe. C’est toujours un plaisir de voir ce DJ mixer !

Au tour maintenant de Remzcore d’entrer en piste. Dans la lignée de Le Bask, on reste sur un set Frenchcore/Uptempo très maîtrisé.

Pour finir notre voyage tout en violence, c’est maintenant au tour de F.Noize de nous achever avec un gros set Uptempo sans concession ! Il a mis le feu sur scène pour le plaisir de nos oreilles et nous a transmis assez d’énergie pour pouvoir rentrer chez nous en forme !

Un premier voyage réussi

Après avoir essuyé plusieurs désillusions l’année passée comme nous le dévoilait sa présidente il y a quelques mois, Dream Nation a pris le risque de changer de concept cette année et on peut dire que le pari est réussi à différents niveaux.

Le plus gros point positif reste le show lumière qui est une des marques de fabrique de Dream Nation qui a su garder cela malgré le passage en open air. Nous en avons pris plein les yeux toute la nuit avec des animations toujours variées, et ce sur les 3 scènes qui étaient vraiment réussies.

Le lieu a une ambiance industrielle assez particulière qui sied parfaitement à l’état d’esprit du festival et qui est totalement adapté pour un événement de ce calibre. Nous avions des stands de nourriture variés, des stands de prévention, des boutiques de vêtements et gadgets, et même un manège ! Beaucoup d’ingrédients étaient réunis pour passer une bonne soirée. Pour l’année prochaine, nous sommes certains que le potentiel du lieu pourrait encore être mieux exploité avec peut-être une autre organisation des scènes, l’ajout d’un endroit “chill” pour pouvoir se poser durant la nuit ou encore des bars supplémentaires.

En tout cas, l’équipe Passion BPM a passé un bon moment sur place et nous remercions toute la team pour leur travail et l’organisation. Nous espérons vous voir encore plus nombreux pour les prochaines éditions !

Photos extraites de l’album officiel Dream Nation Festival 2021.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s