Hardkaze 2020 : bienvenue dans la jungle !

Le week-end dernier se tenait à Toulon la troisième édition du Hardkaze Festival. Autour d’une line up 100% Hardmusic composée de gros noms français et internationaux et avec un show qui s’annoncait grandiose, nous avons osé pénétrer dans la jungle Hardkaze… à nos risques et périls ! Avons-nous survécu ? La réponse dans notre récap de la soirée !

Hardkaze Festival : jamais deux sans trois

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore ce festival, Hardkaze se déroule au Zénith de Toulon depuis maintenant 3 ans.

Le concept tourne autour de 3 piliers :

  • une line up brassant tout le spectre de la Hardmusic, du Hardstyle à la Terror, avec des pointures françaises et internationales,
  • un show articulé autour d’un thème fort : le Moyen-Age en 2018, l’Espace en 2019, la Jungle cette année,
  • une scénographie inspirée des plus gros festivals néerlandais type Qlimax et Defqon.1.

Le festival est organisé de A à Z par l’association Onkaze Music qui s’est également faite remarquée avec le concept What The Kaze dont la première édition s’est déroulée en novembre dernier. 

Les bénévoles de l’association s’occupent d’absolument tout : scène, lumières, lasers, décoration, booking des artistes… jusqu’au design des produits du merchandising !

Pour en savoir plus, voici nos articles récap de leurs trois premiers événements majeurs :

Une jungle luxuriante et colorée

Dès notre arrivée sur place, nous nous sentons directement dans le thème. Il y a de la végétation absolument partout, que ce soit dans la décoration de la scène principale et même au-dessus de nos têtes ! La deuxième scène n’était pas en reste avec des plantes de toute part.

Quant au mainstage en lui-même, il est vraiment massif et on distingue assez rapidement qu’il représente un temple en pierres type monument Inca. Sur les côtés des platines, on remarque deux colonnes avec des inscriptions écrites dans un langage type Maya. Au-dessus du DJ booth, une sorte de tête de mort très bien réalisée nous rappelle que ce temple perdu n’est pas sans danger pour quiconque osant s’y aventurer…

Le sens du détail est encore une fois remarquable et a été encore plus poussé par rapport aux deux premières éditions à notre sens.

Quant au show visuel, les images et vidéos parlent d’elles-même, c’était vraiment grandiose. Ils ont encore plus donné niveau pyrotechnie pour un rendu final éblouissant. Le show n’avait clairement pas grand chose à envier à ce qu’il se passe chez nos voisins européens.

Le show était agrémenté de transitions scénarisées entre chaque set et de spectacles de danseuses (la même team qu’à What The Kaze) et d’acrobates.

Pour vous donner quelques chiffres :

  • il y avait l’équivalent de 50 mètres cube de plantes dans la déco
  • le montage de la scène principale a pris 5 jours
  • 6 lasers
  • 4 lance-flammes
  • 8 feux d’artifice
  • mobilisation de 2 personnes pendant 2 semaines pour la peinture de toute la décoration

Des sets sauvages

Le programme de la soirée était alléchant et on peut déjà vous dire que les artistes ont été à la hauteur de l’événement et ont été dans l’ensemble ravis.

Entre plusieurs ravitaillements auprès de la brasserie de la Rade qui était de retour cette année, nous nous sommes perdus avec plaisir dans le temple qu’Hardkaze a construit par nous.

Notre périple a commencé avec Damien RK qui avait la lourde tâche d’assurer le warm-up. Devant une fosse qui s’est remplie plutôt rapidement, il a su commencer en douceur en Hardstyle euphorique avec notamment Out Of Heaven de Dr Rude avant de finir en raw ! Ce fut également l’occasion de rendre hommage au titre Live The Moment de JDX, fraîchement élu 1er titre Hardstyle de l’histoire. Good job Damien !

Place ensuite aux jumeaux Sound Rush. Leur set n’était pas extraordinaire mais on s’est chauffés avec notamment leurs remixes de Everytime We Touch, Rhyhtm Of The Night et même de Take On Me qui ont su amuser le public, déjà présent en nombre pour les acclamer.

Dans la foulée, nous suivons sans attente particulière le set de Brennan Heart qui nous a agréablement surpris. Avec de nouveaux morceaux excellents qui sont sans doute des exclus de son prochain album sous Blademasterz et un super remix du classique Trance de Tiesto, Silence, nous nous sommes régalés. Un edit sauvage du titre Wake Up à près de 200 BPM au plein milieu du set nous a également choqué. Certainement le meilleur set de la soirée ! Brennan Heart a semble-t-il apprécié.

Place désormais à la machine à tubes, Ran-D ! Il a passé ses classiques comme Antidote et Battleborn sans oublier le fameux Zombie. Il a même rejoint ensuite Endymion sur scène pour jouer leur collab Run From Reality, fraîchement élu à la deuxième place du top 100 Hardstyle de l’année 2019.

D-Sturb et Killshot ont ensuite fait rugir les screeches et les kickrolls pour un set en vs des plus sauvages… Ils ont annoncé la couleur en démarrant fort avec Strive For Domination et en terminant avec l’edit survolté de Nothing Like The Oldschool, la célèbre collab de D-Sturb et Sefa. Nous retrouverons d’ailleurs plus tard dans la soirée le jeune prodige et son Frenchcore mélodieux pour un set qui était encore plus piquant que d’habitude. 

Nous nous aventurons ensuite sur la French Stage pour une bonne partie de la seconde moitié de soirée.

On démarre avec Krykor, DJ résident de l’Xses à Lyon, qui nous a encore une fois concocté un set 100% Hardstyle classique aux petits oignons avec notamment un enchaînement Feel U Here, Nature Of Our Mind, Natural qui a réveillé en nous les souvenirs perdus de cet âge d’or du Hardstyle.

On passe rapidement prendre la température du mainstage avec Noize Suppressor qui nous a dit avoir vécu sa meilleure expérience en France avant d’assister à la fin du set d’Exilium avec l’edit Uptempo de Move Ma Body et un son qui semble être une collab avec Brutality qui a pris les platines tout de suite après. 

Ce dernier a joué essentiellement les morceaux de son nouvel album sans oublier bien sûr l’anthem de cette édition d’Hardkaze qu’il a composé avec talent.

Nous donnons ensuite nos dernières forces dans la bataille en suivant les français Mighty Spiritz, Iridium et Streiks & Kratchs en vs avec Destructive Tendencies en mode Nefarious, tous plus mordants les uns que les autres !

Rejoignez et défendez la tribu !

Cette troisième édition de Hardkaze Festival perdue en pleine jungle a encore été une belle réussite.

Avec une organisation de plus en plus rodée et un sens du détail toujours plus développé, on sent que la team Onkaze Music a encore passé un cap. De même, niveau scénographie et show visuel, nous avons vraiment pris une claque.

Cependant, la loi de la jungle est féroce et on ne peut que constater une mobilisation moins importante cette année en terme de nombre de festivaliers. Le public était moins connaisseur et peut-être plus jeune par rapport aux éditions précédentes, ce qui traduit un relatif manque d’engouement de la plupart des habitués si nous comparons avec l’édition 2019 et même avec What The Kaze.

Au vu de la très grande qualité du show, du son, de l’organisation et des sets, on vous encourage à foncer tête baissée pour soutenir les prochains événements de Onkaze Music afin que le concept Hardkaze puisse perdurer et grandir encore !

Nous remercions en tout cas une nouvelle fois Hardkaze Festival pour leur invitation et leur accueil et surtout pour leur dévouement sans faille pour la Hardmusic en France.

Une réflexion sur “Hardkaze 2020 : bienvenue dans la jungle !

  1. Pingback: Events reportés, annulés… On fait le point ! | Passion BPM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s