Les sorties Trance de l’été à ne pas rater !

Voici un tour d’horizon de nos coups de cœur Trance et des titres notables sortis aux mois de juillet et août !

On attaque cet article estival par Doctor Acid d’Indecent Noise. C’est un habitué de l’éclectisme Trance avec des productions et sets orientés aussi bien Classic, Uplift ou autres. Il propose ici un titre au début Tech suivi d’un virage totalement Acid, un genre qu’il affectionne particulièrement en ce moment comme on a pu l’entendre lors de la dernière Luminosity Beach Festival.

Voilà de quoi réjouir les membres de la Schulz Army qui ne boudent pas la Trance pop, Markus Schulz s’allie à BT pour proposer un titre aux lyrics masculins loin de la Dark Trance que le DJ allemand affectionne. Le son de la mélodie tinte fraîchement et les accords respirent l’entrain. Un son que nous avons pu entendre à la Tomorrowland et à la Nature One.

John Askew signe Through the looking glass, de la Trance bien Uplift où la Goa n’est pas loin, avec des accords entêtants, des samples vocaux, une compo frénétique et un break propres à l’école Trance anglo-irlandaise.

Aerial State est actif depuis 2010. Il s’illustre dans des partitions orchestrales en sus de la partie Trance. Il avait déjà remixé Gouryella sur le titre de Walhalla en 2014. Cet été, Tenshi passe par ses mains et le résultat est d’une beauté sidérante. En réalité le break essentiellement. Celui-ci est à l’honneur puisqu’il représente à lui seul une bonne partie de la track. 3 minutes précisément, 180 secondes de flottement éthérique. Du piano modulé à la façon d’un carillon. Des cordes qui s’élèvent en arrière. Quiconque aime l’Emotional Trance sera subjugué par cette musique poétique.

Restons sur Gouryella dont le titre phare de ses dernières années inspire volontairement ou non des nouvelles créations. Elevation de Talla 2XLC commence avec une basseline très typée Anahera, surtout les premiers kicks qui suivent l’introduction. Le morceau s’étoffe ensuite et fait oublier cette base pour devenir planant plus que réellement mélodieux. Un titre pas facile à classer car trop rapide pour être de la progressive et dont les attributs ne permettent pas aisément de la situer comme de l’Uplift pur. On l’imagine bien sur un premier set après un warm-up.

Est-ce que Temple One déçoit ses auditeurs ? Nous ne connaissons pas tout son répertoire mais les titres que nous entendons nous font toujours autant décoller. La sortie de Make the Earth Move prouve une fois de plus que l’émotionnel et la mélodie s’accordent si bien avec lui. On aime particulièrement la partition secondaire sur la version extended, qui apparaît dès le début sur la version courte. Deux mélodies occupent donc ce morceau pour l’enrichir. Les connaisseurs apprécieront aussi les discrètes modulations de fin qui nous rappellent l’interlude d’Elf de Bart Claessen. A noter aussi que l’artiste sortait le 23 août un titre plus introspectif nommé Sedative.

Le public de Roumanie est cher à Armin Van Buuren car chaque année durant son set à l’Untold Festival il le porte jusqu’à prolonger le plaisir plusieurs heures. Cette année d’ailleurs Armin y a mixé pendant presque 8 heures. C’est donc tout naturellement que le DJ hollandais a composé un titre aux lyrics roumains pour déclarer sa flamme au public de l’Untold. Le morceau s’appelle Cosmos et il est sorti sous l’alias Rising Star, chantée par la chanteuse roumaine Alexandra Badoi. Pour parler de la musique, elle n’est pas désagréable mais on a connu mieux dans les productions Rising Star. On pense à du Giuseppe Ottaviani. Le rythme est peu soutenu avec 132 BPM au compteur.

Hazem Beltagui n’est pas un habitué de la Trance bourrine et il le prouve une nouvelle fois avec le doux All over again. Sur un style de prime abord uplifting, le rythme est tranquille, l’equalizer bascule plutôt dans les mediums, les basses sont feutrées, les notes empreintes de reverb et la mélodie sujette à la mélancolie et la contemplation. On est précisément dans le genre Melotrance qu’il a inventé avec We Are et dont il a tiré le nom pour son podcast « We are melotrance ». Le morceau est un chouïa répétitif et il convient de l’écouter dans une ambiance chill.

Arctic Moon sort Cool in my disaster. La chanteuse Shuba a une jolie tessiture qui s’accorde bien au titre en lui conférant un aspect dance alors qu’il s’agit sans conteste d’uplift percutante comme sait le faire Arctic Moon. Cela dit il y a des passages plus calmes qui laissent la part belle au chant plutôt qu’aux kicks. Jolie composition hétérogène qui s’harmonise totalement pour passer un bon moment énergique.

Berlin 2001 accroche l’oreille dès le début avec ses kicks percutants façon techno allemande. C’est l’esprit voulu par Stoneface & Terminal avec un pareil titre. Ils rendent hommage à l’ambiance Love Parade et aux usines-discothèques berlinoises. Ne cherchez pas de mélodie mais simplement le plaisir de vibrer sur le rythme d’un morceau Minimal.

Cosmic Gate sort Light Years sur son nouvel EP, « Forward ever Backward » never, album qui célèbre leurs 20 ans. On se trouve justement face à un titre qui allie modernité et rétrospective avec des passages propres à leur marque de fabrique depuis deux décennies. C’est le cas des percussions qui tapent une fois sur deux et de la mélodie lors du climax, où un filtre est appliqué tous les deux battements exactement comme pour Am2pm. Même principe pour leur nouveau titre The Wave 2.0 sorti le 16 août.

Audrey Gallagher, celle qui a marqué de son empreinte vocale la Trance depuis Big Sky de John O’Callaghan, titre élevé depuis au rang de classic, apporte une puissance supplémentaire au titre massif de Paul Denton, Beneath the stars. Du très bon uplift, l’un des meilleurs de l’été.

Frissons avec Frenetic de l’immense Talla 2XLC qui met tous les ingrédients pour un joli titre réussi. Beaux accords, notes de piano, envolées lyriques… Du grand emotional-uplift Trance.

Dimension est à la bonne école avec Ferry Corsten comme producteur sous Flashover Recordings. Avec Gaman, il fournit une musique qui résonne fortement comme du Gouryella surtout par les cordes qui vibrent durant le break. L’émotion est bien présente. L’un des meilleurs titres du DJ espagnol.

Fisherman reste sur une bassline dans le style d’Apache avec sa dernière prod, Nature VS Nurture. Des sons agressifs suivis des vocals sous forme de complainte et des accords sombres qui correspondent bien au label de Markus Schulz. Le titre et son contenu pourraient nous faire penser à un cri d’alarme dans notre société de consommation, en restant dans la lignée du récent Man vs. Machine.

Enfin, M.I.K.E. Push vient de sortir une nouvelle track nommée Intersection. C’est du pur Push avec un son bien trancy et un rythme qui plafonne à 140 BPM. Avec de nombreuses percussions de batterie, c’est avant tout un titre taillé sur mesure pour la série de concerts live qu’il donne avec le célèbre batteur Michael Schack.

Nous vous donnons rendez-vous prochainement pour une nouvelle review des sorties Trance. D’ici là rincez vous bien les oreilles avec du bon son !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s