Defqon.1 2019 : Les moments forts (récap partie 3/5)

Les 28, 29 et 30 juin derniers se tenait l’édition 2019 du festival Defqon.1 aux Pays-Bas. Avec un mainstage encore plus impressionnant que d’habitude et des shows visuels de haute volée, cette édition a encore fait s’enfiévrer des dizaines de milliers de passionnés de Hardmusic venus des quatre coins du monde.

Pour vous immerger au mieux dans l’univers Defqon, nous vous proposons un récap ultra complet de l’événement en plusieurs parties !

Aujourd’hui, on vous propose un retour sur les moments forts du week-end !

Retrouvez la première partie de notre récap ICI :

– Rappel de ce qu’est Defqon.1
– Présentation du camping
– Présentation du site

Ainsi que la deuxième partie consacrée à un panorama des différentes scènes ICI.

A suivre cette semaine :

– Les sets
– Quelques chiffres
– Vers des changements majeurs pour Defqon.1 2020 ?

Les moments forts de Defqon.1 2019

The Gathering

Après l’installation au camping pour la plupart des weekend warriors, place à l’euphorie pour le premier acte du week-end, le gathering. Le public semble déjà surexcité en ce premier jour et c’est une bonne nouvelle !

Le vendredi, les scènes Blue et Black sont les seules scènes ouvertes et ce à partir de 20h. Les autres scènes en dehors de la Red sont également accessibles mais simplement pour prendre des photos. Il y avait même un mini show sur la scène UV comme on l’évoquait dans la partie 2 de notre récap !

En tout cas, c’est Brennan Heart qui a ouvert le bal sur la Blue pour un set d’1h30. Sans mauvais jeu de mots sur la chaleur avec cette belle mais très chaude météo, Brennan a su chauffer le public pour ces premiers moments et plus particulièrement les adeptes de son label “I am Hardstyle”. 

Plus tard dans la soirée, nous avons découvert l’anthem du nouveau festival de Q-Dance, Impaqt, prévu le 7 septembre en remplacement de Q-Base. L’hymne intitulé Brace Yourself résonnera sur la Blue durant le set de ses auteurs, D-Block & S-te-Fan.

Pour clôturer cette première journée, Q-dance nous a concocté pour la première fois un nouveau show nommé “The Spotlight” (de 0h30 à 1h). Ce spectacle unique proposait en fait un focus sur un artiste sur chacune des scènes. Durant cette demie-heure, les classiques de Phuture Noize sur la Blue et de Dr.Peacock sur la Black étaient diffusés pour rendre hommage à leurs réalisations. 

Nous ne nous sommes pas souvent rendus du côté de la scène Black mais au vu des différents lives que nous avons pu voir, l’ambiance paraissait déjà très survoltée ! Dites-nous en commentaires ce qui vous a marqué sur la Black si vous avez passé du temps là-bas pour le Gathering !

Le Gathering prend fin à 1h, c’est donc ensuite l’occasion de reprendre des forces avec une bonne nuit ou de prolonger la fête au camping (voire les deux ?!).

Le samedi

Le samedi représente le jour central de Defqon.1. Toutes les scènes sont ouvertes de 11h à 23h et tous les artistes Hardmusic majeurs se succèdent aux platines. Certains festivaliers ne faisant que la journée du samedi rejoignent les campeurs qui sont présents depuis la veille. 

Ces derniers pourront aussi profiter d’un afterparty de minuit à 4h du matin sur la scène Blue, tout du moins pour les plus courageux d’entre eux. 😛 Le volume sonore est considérablement réduit, ce qui permet de descendre en pression et de garder de l’énergie pour le dimanche.

Power Hour

Comme depuis 2014, un show spécial d’une durée d’une heure s’est déroulé sur le mainstage Red le samedi entre 16h et 17h. L’idée est simple : faire un maximum de bordel pendant une heure ! Animée par Deepack et MC Villain mais également par plein d’invités qui se succèdent sur scène, la Power Hour est agrémentée de shows en tout genre à base de fumigènes, de pyrotechnie, de lancers de ballons, de lancers de déchets (le désormais célèbre trash moment)… Le tout dans une ambiance survoltée mais surtout conviviale.

Nouveauté cette année, Q-Dance a mis en place pour l’occasion un partenariat avec Red Bull qui a financé un show d’hélicoptère à base de loopings et d’acrobaties en tous genres. C’était à la fois impressionnant à voir mais aussi flippant !

Le désormais traditionnel “left right” qui fait chaque année trembler le sol de Defqon.1 était cette année en mode reggae !

Au final, c’était une Power Hour réussie avec quelques nouveautés mais sans véritable changement par rapport aux années précédentes. A voir si le concept ne va pas finir par s’essouffler..

Endshow du samedi

Le endshow du samedi est certainement le moment le plus attendu du week-end. Le festival s’est bâti une réputation en grande partie grâce à ce show et nous sommes toujours très curieux de voir le résultat. 

On ne va pas laisser de suspens plus longtemps, Q-Dance nous a encore bluffés cette année.

Comme si le fait d’avoir comme terrain de jeu la scène la plus grande jamais construite à Defqon.1, ils ont élargi cette année les feux d’artifice et les lights sur tous les côtés de la scène, c’était vraiment impressionnant. Au niveau lights, ils ont encore mis le paquet avec des lasers de toutes les couleurs et à foison.

Le show a été articulé autour des trois hymnes de cette année, celui de Keltek pour commencer, celui de Phuture Noize au milieu avant de conclure sur celui de Sefa.

Au milieu de ça, on notera la performance à la guitare d’un membre du duo Audiotricz autour de leur morceau Shame ainsi qu’un nouveau morceau détonnant des TNT, Kung. Présenté avec un show laser incroyable, ce son risque de faire grand bruit dans les festivals cet été. 

Mais on retiendra surtout le nouveau morceau tant attendu de Headhunterz, Orange Heart, follow up de Dragonborn et qui sonne surtout comme une véritable déclaration d’amour aux Pays-Bas et à Q-Dance. 

En bref, ce fût 25 minutes de véritables moments d’émotions fortes comme Q-Dance sait si bien nous les procurer.

Le dimanche

En ce dernier jour, la température était plus supportable par rapport aux fortes chaleurs de la veille. Ce n’était pas une mauvaise chose pour ne pas décourager les Weekend Warriors à aller chercher les ressources nécessaires pour tout donner jusqu’à la fin. En effet, l’énergie est plus difficile à trouver après une journée sous 35 degrés et un afterparty finissant à 4h et d’autant plus pour ceux qui ont fait un after après l’afterparty. Bref, chacun gère son festival à sa façon. 😛

En ce jour, la mainstage Red n’ouvrira qu’à partir de 15h. Sans doute pour redonner une scène propre aux festivaliers et de finaliser les derniers préparatifs. Cette année, contrairement à 2018, la scène accueillera des sets disons classiques. Le concept de Sunday Funday se déroulait cette année sur la scène UV avec des artistes comme Mark with a K, Zaza Front, Frequencerz et leur nouveau concept Get Wack ou encore Paul Estak en clôture.

Quant aux autres scènes, elles sont toutes ouvertes dès 11h ou 13h maximum à l’exception de la Purple. Le dimanche à Defqon, ce n’est pas un after, c’est un véritable jour de festival ! Certains viennent d’ailleurs uniquement ce jour-là, avec une line up qui n’a rien à envier à celle de la veille.

Comme on l’a évoqué à plusieurs reprises, la particularité cette année était l’échange de certaines scènes entre le samedi et le dimanche, ce qui était plutôt déstabilisant mais qui apportait de la nouveauté !

Cette année, le show “Defqon.1 Legends” durait 1h15 et mettait à l’honneur Brennan Heart, Zatox et Frontliner, enfin de retour à Defqon ! De l’aveu de nombreux festivaliers, le set n’était pas forcément très marquant et proposait surtout des nouveautés et peu de morceaux incontournables. Frontliner et ses classiques comme I’m the Melodyman, TBA2 ou Symbols a relevé un set bien décevant au regard de ce qui avait été proposé en 2018 et surtout en 2017, un show qui sera très compliqué d’égaler !

On retiendra également en ce dimanche les 15 petites minutes de set de Titan pour faire ses adieux à la scène Hardstyle sur la Blue stage; l’occasion de rendre un dernier hommage à ce fidèle membre de Fusion Records qui a été précurseur dans le raw. Merci pour tout.

Malgré la fatigue qui se faisait ressentir, les artistes ont su redonner de la puissance aux weekend warriors en ce dernier jour de bataille. Reste désormais l’ultime closing avant de terminer cette Defqon.1 2019.

Le Closing

La fin est proche ! 

Il reste maintenant 15 minutes de frissons pour clôturer cette édition 2019 en beauté. 

Auparavant, Sefa était le dernier artiste sur scène, le jour de son anniversaire, comme un symbole. Après un set qui a conquis un public venu en masse pour voir ce jeune talent de la scène Frenchcore (même pas 20 ans rappelons-le…), le endshow a démarré tout en énergie par son hymne de Defqon 2019 avec un mélange de pyrotechnie, de lumières et de lasers du même acabit que lors du endshow de la veille. Le ton est donné !

Place ensuite à une impressionnante transition vers le titre Darkest Hour de D-Block & S-te-Fan et Sub Zero Project avec un bruit d’horloge magique. A chaque claquement, les lasers tournaient pour prendre la place de l’autre. La vidéo parle d’elle-même et c’était franchement impressionnant. 

La fin du endshow sera ensuite en mode JDX. Cet artiste, dans l’ombre depuis plusieurs années, est responsable de la plupart des musiques utilisées lors des différents shows et transitions des différents events Q-Dance. Cette année, il est mis clairement à l’honneur avec un titre lors du endshow du samedi puis deux dans celui-ci. Tout d’abord avec Terminus, titre 100% orchestral calibré parfaitement pour accompagné un show visuel. Puis, pour finir, place à son titre majeur, Live The Moment, qui est un des morceaux Hardstyle les plus émotionnels jamais produits. Ce moment solennel accompagné de cette pyrotechnie époustouflante nous rappelle pourquoi nous sommes venus à Defqon.1 et pourquoi nous aimons tant la Hardmusic.

La fin est ensuite annoncée avec ces derniers mots qui résonnent : “This was a Q dance event, Q dance (wow²)”.

Depuis maintenant 2-3 ans, le endshow du dimanche est du même niveau voire plus impressionnant que celui de la veille, ce qui donne une idée de la qualité des shows que Q-Dance peut proposer. Nous avons déjà hâte de découvrir les shows de l’année prochaine mais il va falloir patienter encore un peu !

Rendez-vous dès demain pour un retour sur les sets du week-end puis jeudi pour la fin de notre méga récap.

Suivez-nous sur Facebook, Instagram et Twitter !

2 réflexions sur “Defqon.1 2019 : Les moments forts (récap partie 3/5)

  1. Pingback: Defqon.1 2019 : Les sets (récap partie 4/5) | Passion BPM

  2. Pingback: Defqon.1 2019 : Conclusion (récap partie 5/5) | Passion BPM

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s