Defqon.1 2019 : Présentation (récap partie 1/5)

Les 28, 29 et 30 juin derniers se tenait l’édition 2019 du festival Defqon.1 aux Pays-Bas. Avec un mainstage encore plus impressionnant que d’habitude et des shows visuels de haute volée, cette édition a encore fait s’enfiévrer des dizaines de milliers de passionnés de Hardmusic venus des quatre coins du monde.

Pour vous immerger au mieux dans l’univers Defqon, nous vous proposons un récap ultra complet de l’événement en plusieurs parties !

Aujourd’hui :

– Rappel de ce qu’est Defqon.1
– Présentation du camping
– Présentation du site

Semaine prochaine :

– Panorama des scènes
– Retour sur les moments forts
– Les sets
– Quelques chiffres
– Vers des changements majeurs pour Defqon.1 2020 ?

Defqon.1, qu’est-ce que c’est ?

Defqon.1 est un des events Hardmusic majeurs. Avec Qlimax, il est certainement l’événement qui a le plus d’histoire et de légende dans la sphère de la Hardmusic.

Le nombre de festivaliers augmente chaque année et certains parlent de chiffres comme 100 000 festivaliers cette année (rien n’est officiel cependant).

Inspiré de l’expression désignant le plus haut niveau d’alerte au sein des forces armées des États-Unis, à savoir le niveau « DEFCON 1 », le festival insiste depuis 2013 et le thème Weekend Warriors sur un côté militaire, tribu, ce qui lui donne une identité particulière entre violence et fort sentiment d’appartenance à une communauté. Le thème de cette année One Love, One Blood, One Tribe va parfaitement dans ce sens.

Report Defqon.1 2019 - Passion BPM - Defqon.1 2013

Avant cela, le festival avait des thèmes assez différents chaque année. Il avait lieu près de la plage d’Almere, aux Pays-Bas à l’Est d’Amsterdam, de la première édition en 2003 jusqu’en 2010. En 2011, le festival a déménagé pas très loin, à Biddinghuizen, à côté d’un Walibi et est devenu un festival sur plusieurs jours.

Le festival comprend une dizaine de scènes représentées chacune par une couleur et un style de Hardmusic particulier : la Magenta pour le oldschool, la Black pour le Hardcore, la Orange pour la Hardtrance (RIP), etc. Chaque scène est décorée avec attention avec des efforts particuliers sur la Red et l’UV depuis peu et qui impressionnent chaque année.

Quasiment tous les gros noms de la scène Hardmusic participent à l’événement.

Le traditionnel endshow du samedi est depuis plus d’une dizaine d’année une référence en terme de show visuel et a permis au festival d’être réputé en-dehors de la scène Hardmusic.

La Power Hour du samedi (depuis 2014) ainsi que les sets Defqon.1 legends et le endshow du dimanche (depuis 2013) sont devenus d’autres moments forts incontournables.

Bienvenue dans le camping de Defqon.1 !

Quoi de mieux que le camping pour vivre de l’intérieur le festival ? C’est le choix qu’a fait une personne de l’équipe. Et autant vous le dire tout de suite, le camping est immense !

Il est réparti en 6 campsites distincts.

Chaque campsite dispose de douches, de toilettes, d’un kiosque, et d’une borne de rechargement de tokens (la monnaie du festival). La différence se porte sur le campsite 5 qui était un peu plus équipé du fait qu’il soit éloigné. On pouvait y trouver un poste de secours, des lockers, un stand pour recharger son téléphone, un tabac, 2 snacks et une friterie. Quant aux campsites (1,2,4) et aux friendscamp (camping 3), ils étaient assez proches du festival et permettaient de déboucher directement sur la zone de vie.

Les friendcamps permettent depuis quelques années de réserver des emplacements afin de pouvoir garantir une place auprès de ses amis ou de personnes de son pays. Certains emplacements comme le friendcamp Akkros (agence de voyage française) comprenaient plusieurs centaines de personnes (630 personnes exactement pour Akkros).


Enfin, le campsite 6 donnait directement sur le 5.

Située aux entrées du festival, la zone de vie permettait tout d’abord une véritable immersion dans le thème du festival, One Tribe. Mais vous pouviez bien sûr y trouver tout ce dont vous aviez besoin pour votre confort.

En plus d’avoir de quoi s’hydrater et s’alimenter, vous aviez la possibilité de monter sur un mur d’escalade (pour les sportifs), de faire un petit tour d’auto-tamponneuses, de vous amuser dans la Fun House, de profiter d’une zone d’arcade (pour les geeks), de dépenser vos euros avec la boutique de souvenirs ou bien tout simplement de vous poser autour d’un feu ou dans un hamac…

L’élément central de la zone de vie était la scène Q-dance Radio. Entourée par des robots armés, la scène diffusait du son une bonne partie de la journée.

Report Defqon.1 2019 - Passion BPM - Q-Dance Radio

L’ambiance générale sur le camping était, sans grande surprise, très bonne. Les weekend warriors se baladaient avec leur musique ou bien se faisaient un festival dans leurs tentes avec le son à fond, ce qui permettait de créer du lien. Il n’était pas rare d’acquiescer ou de hocher la tête en passant à côté de tentes ou de personnes qui passaient une musique qu’on adore !

Les douches et toilettes étaient relativement propres grâce à la grande fréquence de passage des différents agents de contrôle. Nous avons également aperçu des élans de solidarité pour surmonter la casse soudaine de chariots pliables (choisissez bien vos chariots !) mais aussi pour le montage de tentes ou de tonnelles.

Un petit bémol cependant sur la propreté de quelques festivaliers concernant leurs déchets, ce qui est un problème assez récurrent aux Pays-Bas. Dans un contexte où l’écologie prend de plus en plus d’importance, on retient particulièrement l’initiative “The Projeqt” qui encourageait les festivaliers à nettoyer les terres saintes de Defqon.1. Les récompenses étaient un badge “The Projeqt” en édition limité, des tokens et un T-shirt “Volunteer Day”. Avez-vous participé à ces actions de solidarité ?

Bienvenue à Defqon.1 !

Venons-en désormais à la présentation du site du festival ! Voici donc notre découverte des lieux telle que nous l’avons abordée samedi dès notre arrivée à 11h.

L’entrée s’est faite au niveau du chapiteau de la scène Black. Les différents stades de contrôle se sont d’ailleurs effectués très rapidement avec une fouille plutôt poussée. L’organisation sans faille permet de pouvoir vite rentrer et se mettre dans le bain rapidement. 🙂 Par rapport à l’organisation, nous le signalons souvent mais tout est carré et bien indiqué, il y a peu d’attente où qu’on soit, tout est réuni pour que ça se passe au mieux. Quant aux choix en matière de nourriture et de boissons, il y en a vraiment pour tous les goûts. On mettra peut être simplement un bémol cette année par rapport aux points d’eau peut être trop peu nombreux surtout avec un temps aussi chaud.

Si l’on compare avec d’autres manifestations du même type comme Intents ou Decibel, la taille du site où se déroule Defqon.1 est relativement moyenne. Elle est assez grande pour contenir une dizaine de scènes mais reste abordable. En marchant assez vite, on peut effectivement aller d’un point à son opposé en une petite dizaine de minutes, ce qui permet de pouvoir changer relativement vite de scène pour ne pas rater ses artistes favoris. 😛

Une fois entrés sur le site, notre objectif était de rejoindre le mainstage Red se situant à l’autre extrémité.

Sur notre chemin, nous avons croisé sur notre droite la scène Yellow puis les scènes Magenta et Desperados qui ont changé de place cette année. A notre gauche, il y avait la scène Indigo qui était cette année un simple chapiteau, plus spacieux que le “bunker” des deux dernières années. L’espace Chill Out était au milieu de toutes ces scènes cette année. Nous pouvions nous y rendre pour se poser, se restaurer avec des plats typiques ou bien simplement y siroter un cocktail sur des sonorités House – Techno.

En poursuivant notre chemin jusqu’à la Red, nous passons à côté du bar avec des bières spéciales qui deviendra un point stratégique de ravitaillement. Nous tombons ensuite nez à nez avec la scène UV. Plus loin à gauche, nous avons le chapiteau de la scène Blue puis en continuant à droite, nous arrivons enfin sur le mainstage Red tout en passant devant la toute petite scène Purple.

Via un autre chemin détourné entre la Yellow et la Red, nous pouvions tomber sur les scènes Gold et Silver qui se faisaient dos cette année contrairement à l’année passée où il y avait à ce même endroit les scènes Silver et Yellow.

Attention, les couleurs de scène indiquées ici concernent la journée du samedi. Les scènes changeaient de couleurs cette année pour la journée du dimanche ! La Black a pris la place de l’UV, la Blue celle de la Black et l’UV celle de la Blue.

Rendez-vous dès lundi pour la présentation des scènes puis tout au long de la semaine prochaine pour la suite de notre méga récap.

Suivez-nous sur Facebook, Instagram et Twitter !

Publicités

4 réflexions sur “Defqon.1 2019 : Présentation (récap partie 1/5)

  1. Pingback: Defqon.1 : One Blood, One Love, One Tribe (récap partie 2/5) | Passion BPM

  2. Pingback: Defqon.1 2019 : Les moments forts (récap partie 3/5) | Passion BPM

  3. Pingback: Defqon.1 2019 : Les sets (récap partie 4/5) | Passion BPM

  4. Pingback: Defqon.1 2019 : Conclusion (récap partie 5/5) | Passion BPM

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s