Magic 2018 : première réussie

Le 13 avril dernier, l’organisateur lyonnais Elektro System organisait au Double Mixte à Lyon, une nouvelle soirée intitulée Magic. Ce nouveau concept s’articule autour de trois genres répartis sur trois scènes avec des têtes d’affiches Techno, Psytrance et Hardmusic comme Ben Klock, la P’tite Fumée ou encore B-Front. Voici un bref résumé de ce qui nous a marqué lors de cette soirée.

Nous arrivons à la soirée sur les coups de 22h30. Il y a déjà pas mal d’effervescence sur place et des centaines de festivaliers sont déjà en train de se chauffer. Nous décidons de rentrer et il n’y a pas encore beaucoup de queue. La fouille se fait de manière efficace et rapide, la soirée commence bien.

Une fois rentrés, nous cherchons les vestiaires, l’occasion de découvrir les deux salles du bas qui sont la scène Psytrance et la scène Hardmusic. Nous apprenons qu’il faut aller dans la troisième et dernière salle dédiée à la Techno et qui est à l’étage afin de trouver les vestiaires. L’article est à 2€, ce qui n’est pas choquant. Pour le reste des tarifs, ce sont des prix habituels comme la pinte à 8€ ou le soft à 3€. L’organisation a aussi pensé aux petites faims avec par exemple des sandwiches proposés aux prix de 3-4€.

En matière de décoration, les scènes sont assez sobres.

La scène Techno est parfaite et le jeu de lumières colle bien à l’ambiance. Le son est bien réglé et propre.

Quant à la scène Psytrance, nous nous y sentons bien et les décors sont typiques d’une scène Trance.

Ensuite, vient la plus petite scène qui est la scène Hardmusic. La scène est très simple, le jeu de lumières rend bien et nous avons le droit à deux lasers qui font bien leur travail tout au long de la soirée.

Pour l’ambiance, le côté industriel du Double Mixte et ses différents hangars siéent parfaitement à l’esprit de la soirée, notamment sur la scène Techno. L’ambiance sera tout particulièrement survoltée sur la scène Hardmusic. On voit que beaucoup de passionnés de Hardmusic et notamment de raw hardstyle sont venus voir leurs artistes préférés. Le public sur les autres scènes et notamment sur la scène Techno semble moins connaisseur mais la plupart était là dans un excellent état d’esprit.

LES SETS

No Willingness : le duo lyonnais avait la tâche jamais simple d’ouvrir la soirée sur la scène Hardmusic. Ils ont su mettre en jambes les gens et ça tape déjà très raw dès le début, pour le bonheur de la plupart des personnes présentes. Les sons de D-Sturb nous ont particulièrement bien chauffés. Ils ont également pu tester leurs toutes premières productions, Doomsday et God Of War, tout à fait correctes pour un début.

La P’tite Fumée :

Nous avions beaucoup aimé leur première partie lors du concert de Hilight Tribe il y a quelques mois au Transbordeur. Nous avons une nouvelle fois apprécié ce mélange de Trance avec tous leurs instruments. L’ambiance était très bon enfant et festive. Et Manuia fait toujours son petit effet en live !

B-Front : Tête d’affiche de la scène Hardmusic, B-Front nous a enthousiasmés avec un set à l’image de son style à la fois bourrin, très planant et mélodieux. Nous avons pu entendre pas mal de tracks de l’album de B-Freqz dont le remix de Fatality, Freedom ou encore l’anthem de Rebirth 2018. Sa collab avec Phuture Noize, Paradox fait toujours frissonner en live. Le set de la soirée pour nous.

E-Force : E-force ne nous a, comme souvent, pas déçus. Son set était très énervé dès le début. En commençant avec son remix de FTP, nous avons compris qu’il n’était pas venu là pour enfiler des perles. Il nous a également surpris avec des mashup plus ou moins réussis mélangeant parfois 4-5 morceaux en 2-3 minutes. Il a certainement testé quelques mélanges en vue des festivals de l’été. Une très, très bonne surprise au global.

Rebelion : Beaucoup de personnes ont fait le déplacement pour voir le duo, cela s’est vu par plusieurs T-shirt aperçus ci et là. Ils ont livré un set plutôt correct. Le bémol était qu’on attendait un showcase de leur dernier album « Empire », et cela n’était pas vraiment le cas (surtout que le son qui porte le nom de l’album n’a pas été joué). Nous avons certes entendu 4-5 titres de l’album mais vraiment pas plus.

D-Fence : Après l’xtra raw, vient l’Uptempo. Nous avons assisté à une petite partie du set mais D-Fence a su terminer la soirée en beauté. Nous avons pu entendre la collab avec Deadly Guns qui se nomme « Wall of Bass ».

Ben Klock : Il est compliqué de terminer la soirée en Techno après avoir passé le plus clair de notre temps en Hardmusic mais nous y sommes restés tout de même près d’une heure. N’étant pas forcément connaisseurs en Techno, nous ne pouvons néanmoins qu’apprécier la qualité du mix et l’évolution que Ben Klock a ficelée tout au long de son set. Nous ne pensions pas forcément rentrer dans la boucle mais nous avons fini par y être piégés. Moment cocasse également pendant leur set lorsque le duo Rebelion est venu prendre une photo avec la légende en plein set, comme quoi il n’y a pas de frontière dans la musique électronique.

Au final, la Magic était un bon événement. Le concept est simple, le plateau varié et fourni, le son bien réglé, le show et les décors sont corrects pour passer une bonne soirée sans se ruiner en plein Lyon. Nous espérons que le concept reviendra dans les prochains mois.

Photos : Elektro System

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s