Interview : Jason Payne : the burning star

TRADUCTION FRANCAISE PLUS BAS !!!

Passion BPM had the honor to meet the crazy star, the one and only JASON PAYNE ! His special relationship with France, his integration in the Theracords family, his biggest dream… Jason Payne said it all !

Passion BPM : Can you introduce you quickly (name, location, age, hobbies…) ? Who are you ?

Jason Payne : I’m Sanjay Mahabir, but most of you might know me as Jason Payne. I’m 27 years old right now, and I’m currently living in Krommenie, next to Amsterdam. I just moved there since my girlfriend and I bought a new house and I’m really happy about it. Well, hobbies… Mostly music of course, I like to produce music, I like to play music and I love to party with people. Whenever I’m not playing in the weekend I still go to parties because I love it, and Hardstyle music.

Passion BPM : I’ve seen recently that you’re done with studies. Are you fully in music right now ?

Jason Payne : Yeah ! Last week I heard that I had finished my studies and that I don’t have to go to school anymore. I was making enough money from playing music, so I don’t have to work anymore. Last week I decided to go full-time and be a full-time artist, so I can just spend my all day making music and playing music in the weekend.

Passion BPM : Why Jason Payne ? What’s the story behind this alias ?

Jason Payne : It’s a really stupid story ! In 2009 I was going on a roadtrip with 3 friends through Eastern Europe; in all these countries I had to say my name and people didn’t understand it, so I changed Sanjay to Jay-san, and after it became Jason ! Payne is just something I took with it later as the last name of it. I didn’t use it for music until 2013 when I decided to produce Dubstep and later Hardstyle and started making music with that alias.

Passion BPM :  So you started with Dubstep, but how many BPM’s is your heart beating right now ? 150 ? 156 ? What’s your favorite BPM ?

Jason Payne : Well, a lot of people like me because I play faster than other Hardstyle DJ’s, not only on the BPM but also on the way I mix and I think it’s because I like to keep things faster and faster. I just make sure there’s never a dull moment in my set. So I wouldn’t say my heart is beating at 150 BPM right now, but it’s just always different and faster than other DJs.

Passion BPM : You usually end your sets with Hardcore tracks as well, even Hardcore from a bit early period. For instance, you played « Demolition » of Tommyknocker at XXlerator Outdoor. Do you listen to Hardcore ? You chose Hardstyle to create music and be a DJ but what about Hardcore since it’s harder and faster?

Jason Payne : Yeah, I love Hardcore and I actually grew up with Hardcore from an early age. I have listened to Hardcore since I was 4 because my neighbours loved Hardcore and went to Hardcore parties. I always listened to their music because I really loved that sound. I grew up with two religious parents listening to Indian music and I didn’t like it at all, so I was always looking for my neighbours to listen to good music because I like it, this music speaks to me. From an early age I was always listening to Thunderdome CD’s and Earthquake CD’s and that’s why I know most songs and I still love to play older Hardcore tracks as well.

Passion BPM : You joined Theracords now. So can you tell us a little bit about your introduction to the Theracords family ? Because Theracords is a really close and very intimate label, it is known for that, so how did it happen ? How did you join Theracords ?

Jason Payne : When I started with RAW Hardstyle, I didn’t want to wait for a label to pick my music, to accept my music, so what I did is that I finished my first track, which was « Never Perish » in 2013, and I released it on my own label, Artificial Records.

One day Thera posted a message on his Facebook page saying that he would mix an album for a big party and if anyone had good music, just send it to him. So I sent him my track and that party turned out to be Ground Zero. He put it on the Ground Zero CD. I was really happy about the fact he used my track ! We kept in touch and I was really happy about it because I am a really big fan of him. We met a couple of times at parties, and I told him at the end of 2013 « no matter what, in 2014 you’re going to sign me, and he said « Ok cool make it happen, I’d really love that ». So I worked hard to become a better DJ and also a better producer. We kept meeting, we became friends and he eventually signed me in the summer of 2014 but it was announced five months later, in November. For real, it was really happening for a long time already.

Passion BPM : What is the biggest achievement of your career ? Signing with Theracords, playing at Defqon.1… ?

Jason Payne : I think the signing with Theracords was a really big thing for me. It really helped me to be booked at parties such as Loudness, Defqon, Qapital… It is really cool to see that I played at events such as Matrixx, Emporium, Q Base… I particularly loved to play my new collab, Hate Society, with Thera at the Blue stage at Defqon. I was on stage for only 5 minutes but it was awesome. Making people going crazy with my music is what motivates me to keep it up !

Passion BPM : What is your next ultimate goal ?

Jason Payne : I really want to play at Hard Bass. I like the guys at b2s and I hope that in the next half year I can make the best of myself to become a DJ that everybody wants to see at Hard Bass. And if it won’t happen next year, maybe it will be the year after.

Passion BPM : What is your opinion about the diversity of styles in Hard Dance music and especially the separation between euphoric and raw ?

Jason Payne : I think it’s really good. Although some people thinks that all Hardstyle sounds the same, you can’t say my hardstyle is the same as Headhunterz or Wildstylez ones. So even though it’s all hardstyle, it’s nice to have a distinction between raw and euphoric because people who are not enjoying both know where to go. If a euphoric fan goes to my set, he will be disappointed. So I don’t think the separation is such a bad thing.

Passion BPM : You had a lot of bookings in France ! A lot of French people appreciate your person and your music. What do you think about it ?

10858062_10152942617357700_1440334678813726243_n

Jason Payne : It’s really cool. I went to Paris 2 or 3 times. I love this city and I keep in touch with some fans I met there. It’s great to see different places and different people. French people are really dedicated to the music. Many of them are going to hardstyle parties every weekend and it’s cool to see that. I played in Lyon for the first time one year ago. I was going with Partyraiser and Akira. It was really big names and I felt honored to be part of this line up. I went to play there and a lot of people wanted me to take pictures with. I felt like a superstar, it was surprisingly great !

Passion BPM : Do you see differences between the crowds in Netherlands, France, Belgium, Germany… ?

Jason Payne : I already played in Germany, Scotland, Ireland, Italy and in Belgium. Can I see a difference ? The French crowd is really dedicated, they know every single track ! The crowds of other countries are also really cool but the French partypeople have something special to me!

Passion BPM : As you are now a fully established hardstyle DJ/producer, can you give some advice to young producers ?

Jason Payne : I haven’t really thought about that but I think the most important thing to do is to follow what you really want to do. My first real big gig was Rauw Op Je Dak in 2013 and most people got to know me from that liveset. That was the very first time I had cutted tracks this way and I really played the tracks at faster BPM. It was something I really wanted to do. A lot of DJs didn’t do that before and some people said I shouldn’t have done that because it would have been going too fast, etc. When I was there, I was like OK I will do what I want. I am really happy to have done it because it was the set who really revealed me to the raw scene.

So just do what you wanna do and just follow your passion. You have to do exactly what you really like in order people to see that you really enjoy what you do. I think it’s also important to find something that makes you someone special, that makes you stand out from the rest.

Passion BPM : Thank you very much for your time. We know you are very busy this summer with all the festivals you are going ! We wish you the best for the future not only in music but also in your personal life. Keep it up and all the Passion BPM fans are waiting for you at the next Hard Bass!

Jason Payne : Haha ! I hope to see you there ! Thank you for your interview and good continuation on your website.

For more info about Jason Payne, check out Partyflock

Keep in touch with Jason Payne !

A big thank you to Pierre-Louis Pluche for the interview !

TRADUCTION FRANCAISE :

Passion BPM a eu l’honneur de rencontrer l’étoile montante de la scène raw, le seul et l’unique JASON PAYNE ! Sa relation particulière avec le public français, son arrivée chez Theracords, ses objectifs les plus fous. Jason Payne nous dévoile tout !

Passion BPM : Tout d’abord, peux-tu te présenter brièvement ? Qui est Jason Payne ?

Jason Payne : Je m’appelle Jason Mahabir, mais la plupart des gens me connaissent sous le nom Jason Payne. J’ai 27 ans et je vis à Krommenie, près d’Amsterdam. Je viens d’y déménager depuis que ma petite amie a quelque chose là-bas, et j’en suis très content. Les hobbies… La musique, forcément. J’aime produire de la musique, mais aussi en jouer, et faire la fête avec les gens. Quand je ne joue pas le week-end, je vais toujours à une fête car j’aime ça, tout comme le Hardstyle.

Passion BPM : J’ai vu récemment que tu en avais fini avec les études ; tu n’as plus besoin d’étudier ! Te consacres-tu entièrement à la musique du coup ?

Jason Payne : Oui ! La semaine passée j’ai appris que j’en avais terminé avec les études et comme je me fais suffisamment d’argent grâce à la musique, je n’ai pas à travailler, donc j’ai décidé de me consacrer à la musique à temps plein et d’être un artiste à temps complet ; ainsi, je peux créer de la musique et jouer le week-end.

Passion BPM : Pourquoi Jason Payne ? D’où vient ce nom ?

Jason Payne : Il s’agit d’une histoire vraiment bête. Je m’appelle Sanjay et en 2009, avec trois amis, on avait fait un roadtrip en Allemagne, Autriche, République Tchèque… Partout, les gens ne comprenaient pas mon nom, donc j’ai transformé Sanjay en Jay-San, et cela a donné Jason. Quant à Payne, c’est quelque chose que j’ai ajouté par la suite comme complément au pseudo. C’est en 2013, lorsque j’ai commencé à produire du Hardstyle, que j’ai utilisé cet alias. En réalité, j’avais déjà fait un peu de Dubstep avec ce nom, mais après trois mois je n’étais plus si fan de ce genre et comme je n’étais pas connu en Dubstep sous ce pseudo, j’ai décidé de l’emmener avec moi pour le Hardstyle.

Passion BPM : Tu as dit que tu avais commencé avec le Dubstep, mais à quel BPM bat ton cœur aujourd’hui ? 150 ? 156 ? Quel est ton tempo favori ?

Jason Payne : Eh bien, les gens m’apprécient car je joue plus vite que la plupart des DJ’s Hardstyle, pas uniquement en termes de BPM mais aussi dans la façon dont j’enchaîne les tracks et je pense que cela est dû au fait que j’aime quand ça va vite et je ne souhaite pas qu’il y ait de creux dans mes sets. Je ne dirais donc pas que mon cœur bat à 150 BPM. Simplement, un peu plus vite et de façon différente par rapport aux stars du genre.

Passion BPM : Tu termines généralement tes sets avec des plaques Hardcore, y compris de l’époque. A XXlerator Outdoor, tu as joué par exemple « Demolition » de Tommyknocker. Tu as choisi le Hardstyle en tant que DJ et artiste, mais qu’en est-il du Hardcore étant donné que c’est un style plus rapide et agressif ?

Jason Payne : Oui, j’aime le Hardcore et j’en écoute depuis très jeune. En fait, cela fait depuis que j’ai 4 ans car mes voisins en écoutaient et allaient à des events Hardcore. Je tendais toujours l’oreille car j’appréciais ce qu’ils écoutaient. En parallèle, j’avais des parents très religieux qui écoutaient de la musique indienne et ça ne me disait rien du tout. Donc j’essayais le plus possible d’écouter le son de mes voisins pour écouter de la bonne musique qui me plaise, qui me parle. Très jeune, je possédais déjà les CD’s Thunderdome ou Earthquake. C’est pour cela que je connais beaucoup de sons de l’époque et que j’en joue encore.

Passion BPM : Désormais, tu as rejoint Theracords. Peux-tu nous en dire un peu plus au sujet de ton arrivée chez eux ? Theracords est connu pour être un label intimiste où tout le monde se connaît, donc comment cela s’est-il produit ?

Jason Payne : Quand j’ai commencé le Raw Hardstyle, je ne voulais pas attendre qu’un label s’intéresse à mon son ou veuille pousser mes productions, donc j’ai décidé de créer ma première track, « Never Perish », en 2013, et de la sortir sur mon propre label, Artificial Records, que j’avais créé à l’occasion.

Puis un jour, sur sa page Facebook, Thera a annoncé qu’il allait mixer un CD d’un grand festival, et que si l’on avait des sons à lui envoyer, eh bien qu’on le fasse. Donc je lui ai envoyé ma track et il s’est avéré que le festival en question était Ground Zero. Il l’a fait figurer sur la compilation de l’événement. J’étais très content qu’il place mon morceau. On est resté en contact et cela m’a rendu très heureux car je suis un grand fan de Thera. Par la suite, nous nous sommes recroisés lors de certains festivals et fin 2013 je lui ai dit : « quoi qu’il advienne, tu n’as pas le choix de me signer en 2014 ! ». Ce à quoi il a répondu « Ok, allons-y, l’idée me plaît et je serais ravi de t’accueillir ! ». J’ai donc travaillé dur pour atteindre le meilleur niveau possible, devenir un meilleur DJ mais aussi un meilleur producer. Nous avons continué à nous voir, sommes devenus amis puis à l’été 2014, j’ai enfin signé mon contrat. L’annonce a eu lieu quelques mois plus tard, en novembre, mais le processus avait été enclenché depuis bien plus longtemps.

Passion BPM : Quel est la chose dont tu es le plus fier pour l’instant ? Jouer à Defqon.1, signer chez Theracords… ?

Jason Payne : Je dirais la signature chez Theracords. C’est ce qui a réellement lancé ma carrière. Elle m’a permis de jouer dans des events tels que Loudness, Defqon.1, Qapital, Matrixx, Emporium, Q-Base… J’ai vraiment adoré jouer ma nouvelle collab avec Thera, Hate Society, sur la gigantesque Blue Stage à Defqon ! J’étais sur scène seulement 5 minutes mais c’était un grand moment. Rendre les gens dingues avec ma musique est ce qui me motive au quotidien.

Passion BPM : Quel est ton objectif ultime maintenant ?

Jason Payne : Je veux jouer à Hard Bass ! J’aime vraiment l’organisation b2s et j’espère vraiment que d’ici février prochain, je puisse devenir un artiste majeur dans la scène raw que tout le monde souhaiterait voir retourner le Gelredome. Si ça ne se fait pas cette année, j’espère participer à l’édition 2017 !

Passion BPM : Quelle est ton opinion à propos de la diversité des styles dans la Hard Dance et en particulier à propos de la distinction de plus en plus forte entre Euphorique et Raw Hardstyle ?

Jason Payne : Pour moi, c’est une bonne chose. Les personnes ne connaissant pas le Hardstyle pensent que toutes les musiques se ressemblent mais mon hardstyle est radicalement différent du Hardstyle de Wildstylez ou Headhunterz par exemple. Bien que tout reste catalogué comme du Hardstyle, c’est cool qu’il y ait une distinction entre raw et euphorique comme ça les fans des 2 styles savent où aller pour écouter leur musique préférée. C’est sûr qu’un fan d’Euphorique allergique au Raw n’appréciera pas mon set !

Passion BPM : Tu as souvent joué dans notre pays ! Beaucoup de français apprécient ta musique et ta personnalité. Quelle est ton opinion à propos de cela ?

10858062_10152942617357700_1440334678813726243_n

Jason Payne : Ca me fait vraiment plaisir. Je me suis rendu 2-3 fois à Paris. J’adore cette ville et je suis toujours en contact avec des fans que j’ai rencontrés là-bas. C’est génial de voir différentes villes et différentes personnes. Les français sont vraiment fiers de leur musique. Nombre d’entre eux vont à des soirées Hardstyle tous les week-ends, ça fait plaisir de voir un tel engouement ! Il y a un an, je jouais pour la première fois à Lyon. J’étais booké avec Partyraiser et Akira qui sont deux personnes qui ont une grande carrière et que je respecte énormément. J’ai donc joué lors de cette soirée et plein de fans m’ont demandé des photos. J’avais l’impression d’être une rockstar, c’était surprenant mais terriblement excitant !

Passion BPM : Vois-tu une différence entre les publics français, néerlandais, belges, allemands, etc ?

Jason Payne : J’ai joué en Allemagne, en Ecosse, en Irlande, en Italie et en Belgique. Est-ce que je vois une différence ? Comme je l’ai déjà dit, les français sont vraiment amoureux de leur musique, ils connaissent toutes les plaques ! Les autres publics sont cool aussi mais les français ont quelque chose de vraiment spécial !

Passion BPM : Etant désormais un artiste et un DJ accompli, peux-tu donner des conseils à des jeunes qui se lancent dans le DJing ou la production ?

Jason Payne : Je ne m’attendais pas vraiment à cette question ! La chose la plus importante à mes yeux est de faire ce qu’on a réellement envie de faire. Mon premier véritable booking était à la Rauw Op Je Dak en 2013. C’est là que de nombreuses personnes m’ont connu pour la 1ère fois. C’était la 1ère fois que je cuttais des tracks de cette façon et que je jouais à un tempo si élevé. C’était quelques chose que j’avais vraiment envie de tenter. De nombreux DJs n’ont pas osé faire ça avant et certains me conseillaient de jouer un set classique, qu’il était dangereux de jouer si vite… Je n’en ai fait qu’à ma tête et je suis très heureux car c’est ce set spécial qui m’a fait connaître auprès du monde du Hardstyle.

Je concluerai donc en disant de suivre votre cœur. Vous devez faire exactement ce que vous souhaitez afin que les gens sentent que vous aimez vraiment ce que vous faites. C’est également super important de se démarquer dans une scène aussi concurrentielle que le Hardstyle. C’est vos particularités et votre personnalité qui font que les gens se souviennent de vous !

Passion BPM : Ce sera le mot de la fin. Merci beaucoup de nous avoir accordés un peu de ton temps. Nous te savons très occupé avec tous les festivals estivaux ! Nous te souhaitons plein de bonnes choses pour l’avenir que ce soit dans ta carrière mais également dans ta vie personnelle. Continue sur ta lancée et tous les fans de Passion BPM t’attendent à Arnhem lors de la prochaine Hard Bass !

Jason Payne : Haha ! J’espère vous voir là-bas. Merci beaucoup pour votre interview et bonne continuation sur votre site.

Pour en savoir plus sur Jason Payne, retrouvez sa biographie sur Partyflock !

Ses réseaux sociaux :

Un énorme merci à Pierre-Louis Pluche sans qui cette interview n’aurait pas été possible !

Advertisements

5 réflexions sur “Interview : Jason Payne : the burning star

  1. Pingback: Decibel pluvieuse, Decibel heureuse ! | Passion BPM

  2. Pingback: 150 BPM Demons – Août 2015 | Passion BPM

  3. Pingback: 150 BPM Demons – Octobre 2015 | Passion BPM

  4. Pingback: 150 BPM Demons – Décembre 2015 (Best Of 2015) | Passion BPM

  5. Pingback: 150 BPM Demons – Mars 2016 | Passion BPM

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s